C. B Lannes critique d'art à Univers des arts  a écrit:

Voilà toute une peinture fondée sur l’indépendance artistique, construite sur une capacité
d ’adaptation qui nous ouvre les portes des pulsions intérieures et des charges émotionnelles de l’artiste, dont la gestuelle en stigmatise la toile. Voilà une organisation de rythmes, enrichie de figurations-défigurations fondues dans l’abstraction pour un ‘champ’ de liberté recouvrée. Espace personnel d’expression, les toiles de Gabrielle Hollensett-Grugier sont une ode à sa poétique picturale qu’elle déclame dans ses huiles auxquelles elle confie ses rêves comme pour mieux les sauver.



Henri Degrutère, journaliste et critique d'art,  a écrit

« …aussi vrai que la terre est ronde, on n’oublie rien de rien », chantait Jacques Brel. Tout événement d’une vie intensément vécue laisse des traces inoubliables. Elles sont douloureuses, criantes, déchirantes. Elles sont joyeuses, touchantes, émouvantes. Impossible de les effacer de la mémoire, bien présentes elles perdurent. L’endormante habitude n’est pas la seule façon de les apprivoiser, de s’en faire de solides compagnons de route. La « sensibilité exaltée ou révoltée » peut aussi trouver son juste chemin d’expression, et se partager en apportant aux autres sa marque unique, de réflexion mais aussi de bonheur. Là est la source intarissable de ma peintureLa main toujours guidée par une émotion ancienne et profondément inscrite, ou par une émotion neuve et surprenante, j’essaye d’exprimer la vie, ma vie, « avec son cortège de joies et de souffrances, de contradictions et d’injustices ». Michel Benard a écrit « Son œuvre est un véritable message de poésie esthétique, le mystère est toujours omniprésent, l’équilibre toujours latent, c’est une ouverture de lumière dans la matière. Son acte de création ne s’explique pas, ce serait d’ailleurs le dénaturer, mais le ressentir c’est déjà un pas vers l’amour, ce fragment sensible de l’univers. » En 1998 Bernard Masson a écrit: « Le style qu’elle cultive est le sien, uniquement le sien. Elle veut rester elle-même, ce qui confirme une personnalité qui ne laisse pas indifférent. » Ma création picturale évolue sans cesse aux frontières du figuratif et de l’abstrait. Elle traverse les temps de la nature, de l’humanité, de l’homme. Mes peintures sont comme la trace de l’ expression unifiée et continue d’une mémoire à la fois ancienne et actuelle. Et cette mémoire s’imprime sur tout support : huile sur grande toile, paysage-village construit au couteau, pastel, dessin sur papier feutre, collages (la mémoire d’une toile déchirée)… « L’ensemble peut paraître d’une grande sérénité, mais dans l’harmonie et la profondeur de cette retenue, l’œil attentif est saisi par l’émerveillement d’une contemplation, l’éclat d’une lumière, la violence d’un feu, la cruauté d’une guerre, le bonheur d’une attente… »



Métissage d’art abstrait et figuratif, l’oeuvre de Gabrielle Hollensett-Grugier rappelle les femmes des tableaux de Gauguin, le coup de pinceau nerveux et précis d’un Picasso dans sa période expressionniste….Un spectacle à découvrir absolument .Le Journal de la Haute-Marne …

Son œuvre est un véritable message de poésie esthétique, le mystère est toujours omniprésent, l’équilibre toujours latent,c’est une ouverture de lumière dans la matière. Son acte de création ne s’explique pas, ce serait d’ailleurs le dénaturer, mais le ressentir c’est déjà un pas vers l’amour, ce fragment sensible de l’univers. Michel Bénard …

autant de thèmes qu’elle suggère d’un coup de pinceau habile, en parfaite osmose avec les évènements qui agitent le monde. Carole Collinet Le Journal de la Haute-Marne